Une norme plus exigeante : des mesures d’adaptation pour tous

Le premier article décrivait les modifications apportées à la norme CSA pour l’ergonomie au bureau Z412-17.

Le deuxième article traitait des concepts importants.

Cet article décrit le système de travail de bureau et met en évidence la nécessité d’accueillir tout le monde dans l’espace de travail.

Le système de travail de bureau

La planification et la conception d’un espace de bureau nécessitent de prendre en compte l’ensemble du système de travail de bureau. Il s’agit de considérer plus que les meubles, équipements et accessoires de travail utilisés, l’aménagement de l’espace, l’éclairage, le bruit, la température et la qualité de l’air intérieur.

Le système de travail est vaste. Cela inclut également la manière dont le travail est structuré, supervisé et effectué, la façon dont diverses parties et composantes fonctionnent et interagissent, et les composantes psychologiques qui affectent la santé et le bien-être des employés.

La norme Z412-17 spécifie les exigences qui s’appliquent à la fois aux espaces de bureaux traditionnels et aux espaces de bureaux non traditionnels (tels que les bureaux à domicile, les véhicules et les lieux de travail temporaires). Un exemple d’une telle exigence est la nécessité d’accueillir tout le monde dans l’espace de travail.

Besoin d’accueillir tout le monde dans l’espace de travail du bureau

Les employeurs sont conscients de l’obligation d’accommoder une personne qui a une condition physique, sensorielle ou autre médicale spécifique. La Commission canadienne des droits de la personne illustre ce “devoir de accommoder” en expliquant qu’il est parfois nécessaire de traiter quelqu’un différemment afin de prévenir ou de réduire la discrimination.

Dans les documents précédents sur l’ergonomie des bureaux de la CSA (Z412-M89 et Z412-00, qui sont maintenant remplacés par Z412-17), le lecteur pourrait arriver à la conclusion qu’il était seulement nécessaire de fournir des chaises et des postes de travail adaptés aux employés dont la hauteur debout est de la gamme entre une petite femelle et un grand mâle. Ce raisonnement est plausible, car les tableaux de ces documents ont fourni des dimensions corporelles allant d’une femme petite (5e centile) à celle d’un homme de grande taille (95e centile).

CSA Z412-17 est une norme plus élevée. Il indique que l’utilisateur individuel de l’espace de travail du bureau doit être adapté.

L’annexe A, qui est une partie obligatoire de la norme, aide à évaluer si chaque personne est logée ou non dans l’espace de travail. Les figures en annexe illustrent les postures de travail référencées et les tableaux fournissent les dimensions et les plages de réglage. L’annexe A fournit également des principes pour déterminer l’adéquation d’un poste de travail et les exigences relatives aux chaises de travail et aux surfaces de travail.

Accueillir tout le monde dans une chaise de travail

Les considérations pour choisir une chaise de travail de bureau sont beaucoup plus complexes que le simple fait de fournir un support stable.

La norme précise que la chaise de travail doit s’adapter aux caractéristiques pertinentes de chaque employé. Cela nécessite également que la chaise de travail soit adaptée aux tâches ou aux activités effectuées et permette le mouvement à travers plusieurs postures.

La détermination de savoir si une chaise de travail s’adapte à chaque utilisateur est basée sur diverses dimensions corporelles (anthropométriques). Par exemple : la hauteur du genou (poplité) détermine la hauteur appropriée pour le siège ; le soutien de la région lombaire de la colonne vertébrale nécessite un dossier réglable en hauteur; la longueur du haut de la jambe (de la fesse au poplité) détermine la profondeur requise pour l’assise ; et la largeur de la hanche détermine la largeur requise pour le siège et les accoudoirs.

La plupart des employés sont installés dans des chaises conçues pour s’adapter aux dimensions corporelles féminines du 5e centile au 95e centile des dimensions corporelles masculines. Cependant, la nouvelle norme indique que la sélection d’une chaise de travail appropriée est complexe et mentionne que, selon la population d’utilisateurs, plusieurs solutions de produits pourraient être nécessaires pour s’adapter à chaque utilisateur.

Accueillir tout le monde sur les surfaces de travail

La norme exige également que le mobilier s’adapte aux caractéristiques anthropométriques pertinentes de l’employé qui utilise le poste de travail.

Les critères fournis pour déterminer si une surface de travail et d’appui convient à chaque utilisateur comprennent :

Les tables réglables en hauteur permettent de se déplacer dans plusieurs postures.

Les tables réglables en hauteur sont idéales pour les situations où plusieurs personnes sont affectées à cette surface de travail. Comme ces tables s’ajustent facilement, chaque employé peut ajuster rapidement la hauteur de la surface de travail pour atteindre les postures recommandées.

En position assise, un dégagement sous n’importe quelle surface de travail doit permettre une libre circulation dans plusieurs postures, y compris l’extension du bas des jambes.

Les dimensions anthropométriques pour déterminer si les surfaces de travail s’adaptent à chaque utilisateur lorsqu’il est assis incluent la prise en compte de la hauteur de la cuisse, de la hauteur poplitée, de la hauteur du genou et de la hauteur de la cheville pour le dégagement en hauteur, et la longueur fessier au genou, l’extension abdominale et la longueur du pied pour le dégagement en profondeur sous un surface de travail.

Semblable à l’approche pour la chaise de travail, les dimensions et les plages liées à la surface de travail pour accommoder le 5e centile féminin au 95e centile masculin sont fournies à l’annexe A.

Il est à noter que répondre aux exigences de tous les utilisateurs d’une population peut nécessiter des dimensions et des plages en dehors des dimensions fournies. De telles déterminations peuvent être complexes, c’est pourquoi la CSA précise que l’évaluation doit être effectuée par une personne compétente.

La norme fournit des définitions pour une personne compétente et pour un ergonome.

Contactez l’Association of Canadian Ergonomists/Association Canadienne d’Ergonomie pour trouver un ergonome professionnel canadien certifié (CCPE).

Rester informé!

Vous pouvez acheter votre copie de CSA Z412-17 ici

Avertissement
Les opinions et opinions professionnelles exprimées dans cet article sont celles de Geoff Wright et ne reflètent pas nécessairement l’opinion ou les opinions d’organisations avec lesquelles Geoff Wright peut être associé ou affilié. Il est uniquement destiné à des fins éducatives et est rédigé pour donner des informations générales et fournir une compréhension générale de l’ergonomie. Tous les efforts sont faits pour assurer l’exactitude et la fiabilité des informations fournies. Les informations peuvent ne pas être applicables ou adaptées à votre situation et ne doivent pas remplacer les conseils d’un ergonome professionnel certifié et/ou d’autres professionnels qualifiés.

By Geoff Wright

Geoff Wright siège au comité technique de la norme CSA Z412-17 en tant que représentant de l’Association canadienne d’ergonomie. Il est ingénieur professionnel (Ing.) avec un doctorat en ergonomie, et il est reconnu comme professionnel en sécurité agréé du Canada (CRSP), et comme ergonome professionnel certifié au Canada (CCPE), aux États-Unis (CPE) et au Royaume-Uni (F. Erg. S).

Leave a comment