Contrôle des infections minimisé dans la sélection des surfaces

Par Keith Sopha

This article originally appeared in the “Facility Cleaning & Maintenance” section of REMINetwork.com.

Date de parution : jeudi 27 avril 2017

Le personnel d’entretien ménager continue de faire face à de nombreux défis avec le nettoyage et la désinfection des établissements de santé, car de nombreuses surfaces environnementales achetées ne répondent pas aux recommandations des meilleures pratiques du Comité consultatif provincial sur les maladies infectieuses (CCPMI).

Cependant, la 3e édition du PIDAC des Meilleures pratiques de nettoyage environnemental pour la prévention et le contrôle des infections dans tous les établissements de soins de santé, qui sera publiée en 2017, imposera des directives plus strictes sur la sélection des surfaces environnementales dans les établissements de santé.

Ces mises à jour sont une réponse aux recherches indiquant que les microbes vivent sur les surfaces pendant des jours, des semaines et même des mois. Pendant ce temps, l’industrie apprend que diverses surfaces jouent un rôle actif dans la transmission des organismes par contact direct et indirect avec l’environnement et l’homme.

Selon la Coalition of Healthcare Acquired Infection Reduction (CHAIR), “les infections nosocomiales sont une crise sanitaire dévastatrice qui doit être résolue”. Plus de 200 000 personnes au Canada contracteront une infection chaque année et plus de 10 000 en mourront.

Bien qu’on ne sache pas combien d’infections nosocomiales (IAS) sont directement liées aux surfaces environnementales, on pense que l’industrie peut réduire le nombre impressionnant d’IAS grâce à un nettoyage et une désinfection efficaces. Mais il est également évident que certaines surfaces ne sont pas compatibles avec les désinfectants de qualité hospitalière et se décomposent lorsqu’elles sont exposées à des produits de nettoyage et à des désinfectants agressifs, tels que les désinfectants sporicides. Les dommages de surface peuvent entraîner des fissures et des crevasses, qui peuvent abriter des microbes et entraîner des coûts de réparation ou de remplacement d’une installation.

De nouveaux fonds arrivent dans les établissements de santé partout au Canada grâce au budget fédéral récemment annoncé et à des budgets provinciaux particuliers. Par exemple, le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé qu’il maintiendrait le financement de l’année précédente de 50 millions de dollars pour investir dans l’entretien et l’équipement des établissements de santé. De tels investissements créent plus d’opportunités pour sélectionner des surfaces environnementales appropriées, afin que l’argent des contribuables ne soit pas gaspillé et que les occupants des établissements de santé soient protégés.

Nettoyer les oublis

La 2e édition du PIDAC des Meilleures pratiques de nettoyage environnemental pour la prévention Contrôle des infections dans Tous les établissements de soins de santé a été publié pour la première fois en 2009 et révisé en 2012. Une déclaration mise en évidence dans la section C, “Sélection des finitions et des surfaces dans les établissements de santé dans les zones où les soins sont dispensés”, indique : “Si vous le pouvez” Ne le nettoyez pas, ne l’achetez pas.

À l’époque, le comité du PIDAC voulait insister sur ce point, pour s’assurer que les pratiques d’achat en santé tiennent compte de l’importance de choisir des finis nettoyables et résistants aux désinfectants hospitaliers.

Mais même avec des directives aussi claires pour la sélection de surfaces environnementales, la prévention des infections et la nettoyabilité ne sont toujours pas au premier plan des décisions d’achat. De plus, le personnel travaillant à tous les niveaux de l’établissement de santé crée parfois une version modifiée de l’équipement clinique lorsque ces éléments ne sont pas disponibles pour répondre aux besoins cliniques. Peut-être que le document du PIDAC devrait inclure une déclaration “Si vous ne pouvez pas le nettoyer, ne le créez pas’.

Malheureusement, certains architectes d’intérieur, dirigeants de soins de santé et décideurs ne sont pas sensibilisés à l’importance de la sélection des surfaces et choisissent des surfaces uniquement en fonction de l’esthétique et du design.

La conception et l’esthétique sont importantes, mais si les matériaux ne peuvent pas être nettoyés ou désinfectés, le risque d’IAS par transmission microbienne environnementale augmente.

Sélection propre

Afin d’atteindre l’équilibre entre la conception, l’esthétique et la nettoyabilité, il est recommandé que les services environnementaux et les professionnels de la santé au travail et de la prévention des infections fassent partie du processus de sélection des finitions et des surfaces. Ces intervenants clés doivent travailler en collaboration au sein de leur système de santé pour empêcher l’arrivée d’articles dans les milieux cliniques qui ne peuvent pas être nettoyés et désinfectés.

Si les installations ne l’ont pas déjà fait, elles doivent mettre en place un comité d’évaluation et de normalisation des produits avec ces parties prenantes clés en tant que membres actifs, qui peuvent aider à éduquer les décideurs sur l’impact des surfaces environnementales en ce qui concerne le nettoyage, la désinfection et les IASS.

Des déclarations de politique d’achat claires garantiront également que les articles difficiles à nettoyer n’arrivent pas dans les établissements de santé. Certaines installations font référence au document du PIDAC sur la section des surfaces environnementales dans leurs demandes de propositions pour les nouveaux meubles et autres surfaces environnementales requises, mais, malheureusement, toutes les installations n’impliquent pas les principales parties prenantes dans la sélection des surfaces environnementales ou n’ont pas de politiques et/ou un comité d’évaluation des produits.

Cas impurs

Une nouvelle installation basée en Ontario a récemment annoncé l’aménagement d’une nouvelle salle de travail, d’accouchement et de post-partum, avec des accents de bois chauds et naturels.

Le bois est un exemple de matériau organique qui contient de l’humidité et doit être évité dans les zones cliniques. En raison de sa nature poreuse, l’industrie ne peut pas être certaine que les désinfectants pour surfaces dures désinfecteront efficacement la surface du bois. Il est important de créer un environnement de chaleur et de confort dans de tels espaces ; cependant, l’esthétique ne doit pas supplanter la prévention des infections et la nettoyabilité. Dans de tels cas, on souhaite que les comités de sélection impliquent un gestionnaire des services environnementaux, un professionnel de la prévention des infections et/ou une infirmière en santé du travail.

Lors d’une récente visite dans un grand service d’urgence de soins de courte durée en Ontario, il y avait de nombreux éléments préoccupants en matière d’infection dans la salle d’isolement. Ces articles comprenaient des sièges en vinyle fissuré, une tige porte-sérum rouillé, des articles en bois et un rouleau de papier ciré jetable créatif, qui était attaché avec un bandage de gaze au pied du lit de la civière. Il s’agissait d’une version modifiée d’un distributeur de papier ciré jetable couramment utilisé sur les tables d’examen. Tous ces articles ont des réservoirs potentiels pour abriter des microbes et sont difficiles ou impossibles à nettoyer et à désinfecter.

Il s’agissait d’une zone d’isolement d’une salle d’urgence. Les chambres d’isolement sont conçues pour héberger des patients atteints de maladies infectieuses, dans le but de prévenir la propagation des infections. Les articles qui ne peuvent pas être nettoyés et désinfectés n’ont aucune utilité dans les chambres d’isolement, les zones cliniques et toute zone où se trouvent des patients immunodéprimés.

Viens nettoyer

Des audits environnementaux de routine identifieront ces problèmes dans les soins de santé et positionneront un établissement pour travailler au remplacement des articles ; cependant, de nombreuses installations ont du mal à financer les coûts de remplacement et de réparation.
removable aloe seat

Peut-être que ces fonds ne seraient pas aussi nécessaires si les décideurs faisaient des choix plus éclairés et achetaient des articles qui fonctionnaient bien avec le nettoyage et la désinfection de routine.

C’est le cas des meubles en tissu qui abritent une concentration plus élevée de champignons que les meubles non poreux. Les bactéries ne peuvent pas être éliminées efficacement des meubles rembourrés. PIDAC recommande d’utiliser une alternative aux surfaces en tissu dans les zones de soins. Lors de l’utilisation de meubles rembourrés, il est recommandé de les recouvrir d’un tissu résistant aux fluides et non poreux qui résiste aux désinfectants de qualité hospitalière.

Les coutures du mobilier hospitalier peuvent abriter des agents pathogènes même après avoir été nettoyées et désinfectées conformément aux normes de nettoyage appropriées. En 2014, une étude de laboratoire indépendante a été menée par healtHcentric, une division de ergoCentric, un concepteur et fabricant nord-américain de produits de haute -des chaises ergonomiques de qualité, prouvant qu’un morceau de vinyle cousu de qualité médicale, nettoyé et désinfecté avec un désinfectant de qualité hospitalière, n’a permis d’éliminer que 58,08 % des micro-organismes, ce qui équivaut à une réduction de 0,4 log.

Cette même étude a démontré qu’un morceau de solution de rembourrage IC+ sans couture de healthcentric a permis d’éliminer 98,68 % des micro-organismes, ce qui équivaut à une réduction de 3 log. Les résultats ont souligné que les surfaces non poreuses sans soudure sont plus faciles à nettoyer et à désinfecter. Les meubles avec des pièces amovibles, tels que les sièges sur les chaises, doivent être pris en compte dans le processus de sélection, ainsi que les sièges amovibles pour améliorer la capacité de nettoyage et de désinfection.

Les surfaces environnementales faciles à nettoyer et à désinfecter aideront le personnel d’entretien ménager à maintenir un environnement propre et sûr pour tous les occupants et visiteurs des établissements de santé du Canada.

Leave a comment